Quimper, Finistère. À la découverte de la sonothérapie


Sylvie Béchet - Côté Quimper...
Christine Jacq Bourrich est sonothérapeute à Quimper.

Christine Jacq Bourrich est sonothérapeute à Quimper. (©Côté Quimper)

Passionnée par ce qui touche à l’être humain, à son bien-être, Christine Jacq Bourrich a suivi une formation en sophrologie puis en sonologie. Une discipline qu’elle a voulu faire connaître et partager en s’installant comme sonothérapeute à Quimper (Finistère).

 La sonothérapie

Elle ne remplace pas la médecine conventionnelle mais peut accompagner et soutenir d’autres thérapies.

Elle agit sur la personne dans sa globalité : sur l’état physique, émotionnel, mental de la personne. Elle permet de retrouver harmonisation, équilibre par une interaction corps-esprit.

 Pour qui ?

– Pour des personnes en bonne santé en recherche de moments de détente par un massage sonore qui apporte un bien-être, une relaxation profonde.

– Pour des personnes qui traversent des passages de vie professionnelle ou personnelle difficiles.

– Pour des personnes dont l’état est lié au stress avec comme conséquences : insomnie, maux de tête, tensions.

– Pour les sportifs. La sonothérapie leur apporte une détente musculaire rapide et profonde et optimise le temps de récupération. Elle agit aussi sur les douleurs articulaires persistantes.

 Les séances

« Je reçois les enfants à partir de 7-8 ans, un âge où ils sont capables d’exprimer leurs ressentis. » La sonothérapie peut aider les enfants en manque de concentration, de confiance, qui ont trop d’énergie. Une séance dure environ une demi-heure.

Pour les adultes, les séances durent une heure voire plus, « avec toujours un temps d’échange avant afin de déterminer les besoins, et après la séance pour échanger sur les ressentis. Les séances sont vraiment personnalisées pour gagner en efficacité. » Pour une problématique précise, « il est bien de travailler, en profondeur, sur trois séances, espacées chacune de trois semaines. »

 Les outils

Le sonothérapeute utilise des tambours chamaniques, des cymbales, des carillons, et des bols chantants tibétains de plusieurs tailles. « Les bols sont activés de différentes façons, en les frappant, en les frottant afin qu’ils produisent des sons différents. Chaque bol a sa propre tonalité et vibre à une fréquence qui correspond à un centre énergétique. »

Le diapason est utilisé sur des points précis comme en acupuncture mais sans les aiguilles.

 La pratique

La personne est allongée, habillée, sur une table de massage ou à terre sur un futon. Un premier travail se fait avec le tambour, autour de la personne, afin de réaliser son bilan énergétique. « La variation du son permet de situer les déséquilibres à traiter. »

La personne est ensuite comme envelopper par les sons des différents bols, sons qui l’amènent à une détente complète. « Je pose alors les bols sur elle afin que les vibrations agissent tels des massages internes, à travers tout l’organisme. C’est à la fois très puissant et très doux. »

Infos pratiques
Christine Jacq Bourrich reçoit les mercredis et samedis, 12 rue Saint-Patern à Quimper.
https ://christine-resonanceharmonie.com

... Source : https://ift.tt/2PHWLiQ
Previous
Next Post »