Marie Carliez, joueuse de basket fauteuil des Andelys, dans l'Eure, a reçu un chèque de 2 000 € de l'association Bouchons 276


Guillaume Voisenet - L'Impartial...
Dernièrement, Marie Carliez, entouré de Dab Delaporte, le président de Bouchons 276 et de Katia Bessin du Moto Club des Vikings, s'est vu remettre un chèque de 2 000 €.

Dernièrement, Marie Carliez, entouré de Dab Delaporte, le président de Bouchons 276 et de Katia Bessin du Moto Club des Vikings, s’est vu remettre un chèque de 2 000 €. (©Alain Masschelin)

L’handisport représente un coût non négligeable. Et ce n’est pas Marie Carliez qui dira le contraire. 

Un fauteuil pour jouer au basket, c’est 6 000 €.

Une roue de secours

Marie Carliez a donc cherché des partenaires pour l’aider à financer du matériel.

Avec l’aide de Sylvain Villa, président de l’association Aide mon projet aux Andelys, elle a monté un dossier pour obtenir une subvention de Bouchons 276.

Avec la participation du Moto Club des Vikings de Caudebec-les-Elbeuf, l’association lui a octroyé une aide de 2 000 €.

Cette somme va lui permettre d’acheter une roue de secours pour son fauteuil de sport.

De la Nationale A…

Depuis maintenant quatre ans, l’Andelysienne de 26 ans pratique le basket fauteuil, discipline qu’elle a découverte en centre de rééducation. 

Un accident d’équitation à l’âge de 19 ans l’a rendue paraplégique.

Après avoir fait ses gammes au sein de la section loisir de l’ALM Évreux, elle part à Berck-sur-Mer.

Après une saison dans le Pas-de-Calais, Marie Carliez a joué à Creil (Oise) une saison, avant de rejoindre Gennevilliers (Hauts-de-Seine) où elle évolue dans le championnat de Nationale A.

Pratiquer le handisport ce n’est pas forcément la porte à côté. Encore plus quand, comme moi, on veut évoluer à haut niveau. Il faut faire des concessions. Vu mon âge, c’était le moment ou jamais.

… Aux championnats du monde

À force de travail, l’ailière fait des progrès considérables et ne tarde pas à être sélectionnée en équipe de France.

Un premier stage de détection et la voilà retenue pour disputer ses premiers championnats du monde à Hambourg (Allemagne) au mois d’août dernier.

Une expérience incroyable pour laquelle elle n’a pas de mot si ce n’est « Waouh ».

L’équipe de France ne peut rivaliser avec les meilleures nations que sont les Etats-Unis, la Chine ou encore la Grande-Bretagne.

On manque encore de moyens. Nous n’avons que quatre stages dans l’année. Mais j’espère qu’avec les Jeux Olympiques de Paris 2024, cela va encore s’accélérer.

Objectif Tokyo 2020

En attendant, Marie Carliez espère être au championnat d’Europe au mois de juin aux Pays-Bas. Avec ses coéquipières, elle tentera de qualifier la France aux Jeux Olympiques de Tokyo en 2020.

Pour cela, il faudra terminer dans les quatre premières. Si la Grande-Bretagne, l’Allemagne et les Pays-Bas semblent un cran au-dessus, la quatrième place qualificative pourrait se jouer avec l’Espagne.

... Source : http://bit.ly/2D6DQqF
Previous
Next Post »