Réunis à Saint-Philbert, des Gilets jaunes de l'Eure veulent structurer leur mouvement


serge.velain - L'Éveil de Pont-Audemer...
Près de 400 Gilets jaunes ou sympathisants étaient réunis vendredi 11 janvier au Prieuré de Saint-Philbert-sur-Risle

Près de 400 Gilets jaunes ou sympathisants étaient réunis vendredi 11 janvier au Prieuré de Saint-Philbert-sur-Risle (©Eveil de Pont-Audemer).

Près de 200 personnes à l’intérieur de la salle mise à disposition, au moins autant à l’extérieur… et beaucoup de choses à dire. Chassés des ronds-points, interdits de manifestation en ville, des Gilets jaunes de Pont-Audemer, BeuzevilleBrionne, Le Neubourg, Bourgtheroulde, Bernay… d’un peu partout dans l’Eure donc, se sont retrouvés vendredi 11 janvier à Saint-Philbert-sur-Risle, où le maire Francis Courel souhaite ni plus ni moins « installer l’assemblée permanente populaire des Gilets jaunes ». Pour y parvenir, Francis Courel a promis de mettre à disposition des Gilets jaunes qui le souhaitent « une salle, tous les lundis ». On ne sait pas encore si cette mise à disposition permettra la mise en place d’une « assemblée permanente populaire  » mais elle aidera à structurer le mouvement.

Des divergences sont apparues lors de la réunion du 11 janvier au Prieuré. Certains Gilets jaunes ont dû s’y prendre à plusieurs fois pour asséner que « la violence ne résoudra rien », quand d’autres affirmaient que « la lutte passe forcément par la violence ». Tous semblaient d’accord pour estimer qu’il faut « installer durablement un rapport de force » mais la méthode, pacifique ou violente, a prêté à discussion. Dans la salle, certaines personnes ayant pris part aux dernières manifestations s’étant déroulées à Rouen ont dénoncé des violences des forces de l’ordre.

« On est devenu de la chair à Macron »

J’ai manifesté pour la première fois à Rouen samedi dernier, a raconté un  des Gilets jaunes présent au Prieuré. Les gendarmes nous prennent nos gilets jaunes, nos masques et même le sérum physiologique pour nous protéger les yeux et si on manifeste quand même, à un moment ils nous gazent. On est devenu de la chair à Macron. »

Il fut évidemment moins question de la violence de certains manifestants et des dégâts considérables subis dans des villes comme Caen et Rouen, où se déroulent tous les samedis depuis le 17 novembre des manifestations.

A lire aussi : Acte 9 des Gilets jaunes à Caen, des banques se barricadent

A lire aussi : Après presqu’un million d’euros de dégâts Rouen se prépare à l’acte 9 des Gilets jaunes

Sur le fond, les revendications les plus courantes ont été ce vendredi 11 janvier le référendum d’initiative citoyenne, l’accès aux soins, des retraites décentes, plus généralement une hausse du pouvoir d’achat. La défiance à l’égard des politiques est beaucoup revenue sur le tapis. Sur les actions à envisager, c’est encore le flou. « On n’a plus le droit d’occuper les ronds-points, plus le droit de manifester, alors qu’est-ce qu’on fait ? » s’est interrogée une femme d’une soixantaine d’année. « On bloque l’économie », a répondu un homme un peu plus jeune, qui ne savait guère comment faire précisément pour en arriver là. Pour en arriver à « la grève générale« , idée émise par l’un des Gilets jaunes présent, il faudrait discuter avec des syndicats; or ces derniers semblent autant honnis des Gilets jaunes que le sont certains élus… et certains médias. Des divergences sont apparues aussi sur les actions à mener ce mardi 15 janvier à Bourgtheroulde, où le Président de la République Emmanuel Macron recevra une grande partie des maires du département.

A lire aussi : Emmanuel Macron à Bourgtheroulde mardi 15 janvier

Au moment de se dire au-revoir, après plus de deux heures d’échange, l’hôte de Saint-Philbert Francis Courel a indiqué que « tout ce vous avez dit, et que nous avons noté, fera l’objet d’une synthèse dont nous pourrons discuter dès que nous nous reverrons. Dès ce lundi 14 janvier, probablement. Une chose est sûre, à la question « Stop ou encore » que se posait l’Eveil mardi dernier, les Gilets jaunes ont répondu : encore !

Stop ou encore ? nous demandions-nous à la Une ce mardi 8 janvier

Stop ou encore ? nous demandions-nous à la Une ce mardi 8 janvier (©Eveil de Pont-Audemer).

... Source : http://bit.ly/2TI5YpB
Previous
Next Post »