Conflans-Saint-Honorine : le marché de la place Fouillère reprend ses droits

Description :


Rédaction Pontoise - La Gazette du Val d'Oise...
Le 19 avril, le marché est de retour à la place Fouillère.

Le 19 avril, le marché est de retour à la place Fouillère. (©P.M., La Gazette du Val-d’Oise)

En présence du maire (Lr), Laurent Brosse, le nouveau marché de la place Fouillère a ouvert vendredi 19 avril à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines).

Depuis le 18 août, les commerçants avaient été obligés de délocaliser leur activité du côté de la place de l’Hôtel-de-Ville.

Soulagement et satisfaction

Lors d’une première journée ensoleillée, commerçants et clients ont pu profiter du cadre esthétique qu’offre la nouvelle place.

« Le charme de Conflans, ce sont ses quais, le musée de la Batellerie, son marché, dont nous pouvons à nouveau profiter », note un client.

Les commerçants paraissent encore plus satisfaits et soulagés de retrouver ce lieu emblématique de la ville..

« C’est bien mieux à présent, c’était pénible là-haut », assure Maria au stand de charcuterie. Par « là-haut », celle-ci désigne la place de l’Hôtel-de-Ville.

« Le problème c’est qu’il y a un marché tous les jours à Conflans. Donc si vous en déplacez un, les gens préféreront un autre marché plus proche, un autre jour. C’est ce qui s’est passé pour notre marché », ajoute Didier, fortement impacté par le déplacement de son commerce.

« Ce n’était plus possible de continuer à l’hôtel-de-ville. Nous étouffions complètement. »

Un cadre renouvelé

Les pertes avancées par les marchands : 40 à 50% de leurs chiffres d’affaires. Dans son stand de fromages, Didier avance même le chiffre de 60% de pertes. Vêtements, alimentation, matelas : tous les secteurs sont touchés.

« Mon patron dit qu’on va attendre les résultats sur la place Fouillère », déclare Maria, en évoquant un possible abandon du commerce sur la place Fouillère.

L’impatience était de mise depuis mars dernier, date depuis laquelle la municipalité prépare le rapatriement du marché sur les quais de la Seine.

D’autres problèmes restent toutefois liés aux nouvelles installations.

« Pour le métrage, on m’amputé de la moitié de mon stand. J’ai quatre mètres de plus à Andrésy, et huit au Plessis-Bouchard », affirme Alex, aux fruits et légumes. Sa critique demeure toutefois mesurée devant les aides financières apportées par la Ville.

Enfin, si les stands se présentaient avant de manière linéaire et continue, ils sont désormais légèrement espacés ce qui leur accorde plus de luminosité.

Après tout, comme le révèle Alex : « À défaut d’avoir, pour l’instant, des résultats, profitons du cadre. »

Pierre MARCHADOUR

... Source : http://bit.ly/2IIaaEe

Partagez cet article :

Previous
Next Post »