Unique en Normandie : ce passionné construit lui-même des vélos... en bambou !


MC Nouvellon - 76actu
Au Havre, ce passionné construit de A à Z des vélos en bambou.

Au Havre, ce passionné construit de A à Z des vélos en bambou. (©MC Nouvellon)

Vélo sous le bras, Hugo Lesauvage ne passe pas inaperçu dans les rues du Havre (Seine-Maritime). Sourire aux lèvres, il répond aux questions des passants qui l’interpellent, admiratifs, sur son deux roues pas comme les autres. Oui, le cadre est réellement construit en bambou. Et oui, il l’a bien fabriqué de ses propres mains.

Lire aussi : VIDÉOS. « Explosion du vélo » à Rouen : la ville est-elle dangereuse pour les cyclistes ?

Le bambou et « ses propriétés de fou »

Pour celui qui se décrit comme « un grand fan de vélo », tout commence il y a sept ans, quand il part à la recherche d’un « beau modèle, original, pour me balader en ville ». Il découvre alors l’existence des vélos en bambou, qui se vendent 5 à 8 000 euros sur le net.

Bricoleur, habitué à retaper des voitures « et tout un tas de choses », il décide de se lancer dans la conception d’une bicyclette faite maison. En glanant des informations sur les forums alimentés par d’autres férus du genre, il apprend quel type de bambous choisir, quelle meilleure option permet de faire des joints solides, quels logiciels utiliser ou encore comment créer son propre marbre pour que toutes les pièces soient alignées.

Derrière, il y a tout un petit travail d’ingénierie. Cela m’a pris un an an et demi à deux ans, et mon premier vélo était une catastrophe, sourit Hugo. Mais la deuxième tentative était beaucoup mieux! »

Au delà de l’aspect esthétique, il découvre ainsi que « le bambou a des propriétés de fou ». Une dimension écologique mais aussi durable. « Je roule avec le mien depuis cinq ans et il n’a pas bougé, souligne-t-il. Et c’est une matière fibreuse qui absorbe beaucoup mieux les vibrations de la route », assurant ainsi un meilleur confort au cycliste.

80 heures de travail par vélo

Aujourd’hui, Hugo compte sept vélos home made à son actif. Un petit rythme de croisière qui lui permet de retomber sur ses pieds financièrement. « Je ne compte pas en faire mon métier. J’y travaille dessus au quotidien mais c’est surtout un hobby qui me vide la tête, explique-t-il. Les vendre au fur et à mesure me permet de rembourser le matériel et de poursuivre ma passion. »

Hugo a déjà construit sept vélos selon différents modèles.

Hugo a déjà construit sept vélos selon différents modèles. (©Philippe Bréard )

De la passion, il en faut d’ailleurs pour consacrer « facilement 80 heures de travail » à la construction de chaque modèle.

S’il prend plaisir à recroiser, de temps à autre, ses créations dans les rues du Havre, Hugo n’a pour le moment pas été jusqu’à lancer une marque officielle. Il continue à vendre, via le bouche à oreille et Internet, ses créations artisanales (aux alentours de 2 000 euros). Il est pour l’instant le seul en Normandie à le faire.

Pour en savoir plus…
Rendez-vous sur la page Facebook d’Hugo

Previous
Next Post »