Débarquement en Normandie : la fille d'un soldat américain sur les traces de son père, "ce héros"


Rédaction La Presse de la Manche - La Presse de la Manche
Le jeune sergent Justo Correa dans la cour de la ferme Marmion.

Le jeune sergent Justo Correa dans la cour de la ferme Marmion. (©DP)

Ravenoville, désormais commune déléguée de Sainte-Mère-Eglise (Manche), tire ses lettres de noblesse d’une célèbre photo de parachutistes américains brandissant fièrement le drapeau nazi pris à l’ennemi dans la cour de la ferme de Marmion.

Le village de Ravenoville, et plus précisément la ferme Marmion, abritait le PC allemand de la 4e compagnie de l’Oberleutnant Werner du Grenadier-Régiment 919, 709 Infanterie Division pendant l’Occupation.

Lire aussi : Débarquement en Provence : un Manchois dirigeait la flotte française

Un endroit stratégique

L’endroit avait été transformé en point d’appui par les Allemands afin de contrôler le carrefour entre les routes départementales 14 et 15. Une position qui permettait à l’ennemi de contrôler la route menant à la plage.

Le 6 juin 1944, les hommes du Major John P. Stopka, 3/502nd PIR passent à l’attaque et réduisent la résistance allemande dans la ferme. La ferme Marmion servit de point de ralliement à de nombreux paras de la 101e Airborne des compagnies A et B des 502e et 506e et du 377th Parachute Field Artillery Battalion, régiments parachutistes disséminés un peu par erreur dans les environs au petit matin du 6 juin 1944.

Le drapeau nazi décroché par les Américains

La fameuse photo a été prise dans la cour de la ferme, sur laquelle on peut voir le célèbre James Flanagan (502nd PIR) brandissant le drapeau nazi qui ornait le poste de commandement allemand.

Sur ce cliché on peut remarquer plusieurs paras US et en particulier un certain Justo Correa, des troupes aéroportées de la Company A du 506th PIR de la 101st qui participa à l’assaut de la ferme et qui, tapi dans son fox-hole, recevra une balle qui troua son casque sans atteindre sa tête.

Lire aussi : Pour le tournage du « Jour le plus long », John Wayne avait refusé de venir à Sainte-Mère-Eglise !

De l’Arizona à Ravenoville

Anna, la fille, et Ricardo, le petit-fils de ce héros anonyme ont été reçus pour la toute première fois en Normandie, samedi 7 septembre, au mémorial des héros éternels ravenovillais par Céline Lautour-Schwab et David Ashe.

Après avoir constaté que le nom du sergent Justo Correa apparaissait bien au frontispice de la stèle du mémorial, Anna et Ricardo se sont rendus à l’endroit même où la photo a été prise 75 ans plus tôt, dans la cour de la vieille et majestueuse ferme Marmion.

Un moment fort en émotion car les larmes d’Anna ont jailli :

Je suis tellement émue de fouler le sol de cette ferme libérée par mon père il y a déjà 75 ans ! Et puis nous sommes tellement flattés et étonnés du nombre de lettre de remerciements que recevait mon père, même après sa mort en 2005, en provenance d’un peu partout mais également et surtout de Normandie.

Anna Correa, très émue, et Ricardo Sanchez, le petit-fils, ont immortalisé l’instant où ils ont pu fouler pour la toute première fois le sol de Normandie à l’endroit même où Justo Correa se tenait un certain 6 juin 1944.

Anna Correa, très émue, et Ricardo Sanchez, le petit-fils, ont immortalisé l’instant où ils ont pu fouler pour la toute première fois le sol de Normandie à l’endroit même où Justo Correa se tenait un certain 6 juin 1944. (©dd)

Lire aussi : 75e D-Day : la véritable histoire de John Steele, le parachutiste accroché au clocher de Sainte-Mère-Église

Previous
Next Post »